Recevoir la newsletter

Le journal de la formation professionnelle

Les langues et l’informatique seront éligibles au CPF

Formation Toulouse

Les formations éligibles au Compte personnel de formation (CPF) doivent être répertoriées par les partenaires sociaux. Les listes de formations ne sont pas encore établies, mais un décret du 2 octobre précise comment celles-ci doivent être élaborées et contrôlées. Les formations aux langues et à l'informatique sont considérées comme prioritaires.

Types de formations éligibles

Les formations devront être qualifiantes et correspondre aux besoins de l’économie prévisibles à court ou moyen terme. La priorité sera donnée aux formations inscrites au Répertoire national des certifications professionnelles (RNCP), aux certificats de branches, ainsi qu’aux formations permettant d’acquérir le socle de connaissances et compétences.

En particulier, le CPF pourra financer :

- la lutte contre l’illettrisme : apprentissage de la lecture et l’écriture ;

- les formations linguistiques, à commencer par l’anglais ;

- les formations à l’informatique, à la gestion (projets, finance, RH…) et au management, aux achats et à la vente, à la communication, ainsi qu’à la représentation du personnel.

Les formations relevant du développement personnel ou de l’efficacité professionnelle ne seront pas prises en charge.

Etablissement des listes de formations

Les listes de formations éligibles seront dressées à 3 niveaux par les partenaires sociaux :

- interprofessionnel national ;

- interprofessionnel régional ;

- branche professionnelle.

Elles doivent ensuite être contrôlées et validées par le ministre chargé de la formation professionnelle, puis transmises à la Caisse des Dépôts, chargée de gérer le CPF, qui les publiera d’ici la fin de l’année 2014 sur un site internet dédié et sur le site de la Commission nationale de la certification professionnelle (CNCP).

Le décret précise enfin que les comités paritaires interprofessionnels régionaux pour l’emploi et la formation (COPAREF) pourront inscrire sur la liste des formations éligibles celles relevant d’une autre région, afin de faciliter la mobilité géographique des demandeurs d’emploi.

Auteur : Godefroy Picart

Partager cet article

Article précédent

Article suivant