Recevoir la newsletter

Le journal de la formation professionnelle

46 000 alternants dans la métallurgie d’ici 2020

Formation Toulouse

Un accord de branche portant sur l’alternance a été signé mardi 21 octobre par le patronat (UIMM) et deux syndicats de la métallurgie (CFDT et CFE-CGC), prévoyant une augmentation progressive des recrutements d’alternants pour atteindre 46 000 contrats en 2020. Un premier palier de 42 000 alternants devra être atteint en 2016, puis 44 000 en 2018.

L’accord fixe également des objectifs qualitatifs. Le taux de rupture anticipée des contrats doit être maintenu à moins de 5%. Le niveau de réussite aux examens de qualification professionnelle doit être supérieur ou égal à 85%. Le taux d’insertion sur le marché du travail doit approcher les 85%, majoritairement sous forme de CDI (65% « si les conditions économiques le permettent »). Enfin, la branche ambitionne d’accueillir 10% de filles parmi les alternants, contre 6% actuellement.

Officiellement, cet accord de branche n’a rien à voir avec le pacte de responsabilité. Force ouvrière et la CGT étant opposées au pacte, elles auraient refusé de soumettre le texte à leurs instances dirigeantes si celui-ci le mentionnait.

En effet, indépendamment du pacte de responsabilité, la métallurgie avait son calendrier de négociations sociales et prévoyait d’attirer davantage les jeunes vers ses métiers afin de compenser les nombreux départs à la retraite dans les prochaines années. Mais il est vrai que les 4 milliards d’euros d’allégements de cotisations et d’impôts dont devrait bénéficier la branche dans le cadre du pacte ont permis à cette dernière de se fixer des objectifs plus ambitieux.

Auteur : Godefroy Picart

Partager cet article

Article précédent

Article suivant