Recevoir la newsletter

Le journal de la formation professionnelle

Un rapport du Sénat met en lumière le retard de la France sur la formation et l’emploi des personnes handicapées

Les sénatrices Isabelle Debré (UMP) et Claire-Lise Campion (PS) ont rendu public, le 6 juillet, leur rapport sur la « loi handicap » de 2005. Des avancées sont à noter, mais son application reste encore insuffisante et la date butoir de 2015 ne sera pas respectée.

Le rapport relève que les entreprises privées n’emploient que 2,7% de travailleurs handicapés et le secteur public 4,2%, alors que la loi leur impose d’en employer 6%. Le taux d’emploi global des personnes handicapées s’élève à seulement 35% contre 65% en moyenne pour l’ensemble de la population active, et leur taux de chômage est de 20%.

En matière de formation, le rapport préconise de relever le niveau de qualification des personnes handicapées (83% d’entre elles ont une qualification inférieure ou égale au CAP et au BEP), en agissant prioritairement en direction des jeunes pour les encourager à poursuivre des études supérieures.

Le rapport recommande de faciliter leur accès à la formation professionnelle, notamment en accélérant la mise en œuvre d’une politique de formation concertée au niveau régional.

Les sénatrices précisent que la loi du 11 février 2005 était très vaste et ambitieuse, et que son application est hétérogène selon les territoires. Les Maisons départementales des personnes handicapées, devenues l’interlocuteur unique pour les démarches administratives, sont victimes de leur succès : moyens financiers insuffisants, délais de réponse excessifs.

Auteur : Godefroy Picart

Partager cet article

Article précédent

Article suivant