Recevoir la newsletter

Le journal de la formation professionnelle

Aérocampus Aquitaine choisi par Dubaï pour former 400 techniciens par an à la maintenance aéronautique

Formation Toulouse Un accord a été signé le 17 novembre au salon de l’aéronautique entre le Dubai World Central (DWC, la plus haute autorité aéroportuaire de l’émirat) et le campus de Latresne en Gironde, pour que ce dernier forme 400 techniciens par an à la maintenance aéronautique à Dubaï à partir de l’année 2015.

Dubaï investit actuellement dans la construction de l’aéroport Al-Mactum, aux confins du désert, pour un montant de 10 milliards de dollars (7,5 milliards d’euros). Il portera la capacité aéroportuaire de Dubai à près de 160 millions de passagers annuels d’ici 2028, ce qui devrait en faire le plus grand aéroport au monde.

Une usine de maintenance y sera adossée, dans laquelle tous les composants des avions seront réparés. Le volet formation de ce projet est crucial selon Khalifa Alzafin, le directeur de Dubaï World. La formation des ingénieurs a été remportée par une société américaine, une part de celle-ci pouvant également être confiée à l’Institut supérieur de l’aéronautique et de l’espace (Isae) de Toulouse.

Aérocampus Aquitaine est un ancien centre de la Direction générale de l’armement (DGA) situé dans l’agglomération bordelaise, qui a été racheté à l’Etat il y a un peu plus de deux ans par la région Aquitaine pour un montant de 6,5 millions d’euros, alors qu’il était sur le point de fermer pour raisons budgétaires. L’objectif de ce rachat était de transformer ce centre en un lieu de rassemblement de toutes les voies de formation à la maintenance aéronautique, du niveau bac pro à l’école d’ingénieur.

Le marché de l’aéronautique civile est en pleine croissance, avec un chiffre d’affaires annuel de 10 milliards d’euros. La flotte mondiale devrait passer dans les cinq prochaines années de 18 000 à 25 000 aéronefs, l’exploitation et la maintenance représentant les deux tiers du coût d’un avion.

Depuis le rachat du centre de formation, Aérocampus Aquitaine est passé de 85 à 200 élèves en formation initiale au métier de technicien de maintenance. Deux BTS ont été créés ainsi qu’un internat d’excellence accueillant 54 élèves. Le contrat avec DWC devrait générer 4 millions d’euros de chiffre d’affaires pour le campus, à peu près autant que son chiffre d’affaires actuel.

Fort de son succès, Aérocampus Aquitaine devrait ouvrir un deuxième centre à la rentrée 2014 en Auvergne et est entré en discussion avec des pays d’Asie et du Moyen-Orient.

Auteur : Godefroy Picart

Partager cet article

Article précédent

Article suivant