Recevoir la newsletter

Le journal de la formation professionnelle

L’Apec publie un état des lieux de la Gestion territoriale des emplois et des compétences

formation L’ Association pour l'emploi des cadres (Apec) souligne, dans son état des lieux, que la Gestion territoriale des emplois et des compétences (GTEC) relève trop souvent de politiques curatives, alors qu’elle vise à anticiper les évolutions structurelles des secteurs d’activité d’un territoire cible.

La Gestion territoriale des emplois et des compétences (GTEC) est un élargissement du concept de Gestion prévisionnelle des emplois et des compétences (GPEC), qui vise à mieux faire coïncider la formation professionnelle et les besoins en compétences des entreprises, à l’échelon local du bassin d’emploi et à l’ensemble des entreprises, notamment les PME et TPE.

Aujourd’hui, les protagonistes regrettent souvent que les démarches GTEC soient mises en place lorsque des difficultés d’un établissement et/ou d’un secteur sont constatées au sein d’un bassin d’emploi. Le volet curatif de la GTEC conduit notamment à la mise en place d’une cellule inter-entreprises de reclassement qui permet d’engager le travail de reclassement en cas de mise en œuvre d’un plan de sauvegarde pour l’emploi. Il y a donc encore beaucoup à faire en termes de pédagogie pour convaincre de l’intérêt d’agir préventivement et de mettre en place des démarches de GTEC sans attendre d’éventuelles difficultés économiques et sociales du bassin.

Les acteurs légitimes de la GTEC apparaissent foisonnants, du fait notamment d’une sédimentation de textes (lois et accords), ce qui rend difficile la lisibilité et la coordination des actions. L’acte III de la décentralisation devrait simplifier le contexte actuel par la délégation aux Régions du pilotage des politiques de l’emploi, de la formation et du soutien aux PME sur leur territoire.
Pour aller plus loin :

Auteur : Godefroy Picart

Partager cet article

Article précédent

Article suivant