Recevoir la newsletter

Le journal de la formation professionnelle

Enquête sur le devenir des bénéficiaires de contrats aidés

La Dares vient de publier les résultats d’une enquête menée auprès de demandeurs d’emploi qui ont été recrutés entre 2005 et 2007 sous l’un des quatre contrats aidés issus de la loi de cohésion sociale : CIE, CI-RMA, CAE, CAV.

Les personnes ayant bénéficié d’un contrat aidé du secteur non marchand sont moins nombreuses à avoir un emploi à la sortie du contrat aidé que leurs homologues du secteur marchand. Cependant, celles qui sont en emploi occupent dans la plupart des cas un deuxième emploi aidé. Ces difficultés à rester dans l’emploi s’expliquent principalement par un parcours antérieur plus difficile et éloigné de l’emploi.

Les bénéficiaires d’un contrat aidé du secteur non marchand ont plus souvent été accompagnés ou formés que ceux passés par un contrat du secteur marchand, dans lequel les formations consistent plus souvent en une adaptation au poste de travail. Ainsi, les compétences acquises dans le secteur marchand sont généralement moins transférables sur des emplois ultérieurs que celles acquises par les employés en contrat aidé du secteur non marchand.

L’enquête montre par ailleurs que six demandeurs d’emploi entrés en contrat aidé sur dix ont fait ce choix par défaut, notamment parce qu’ils ne voulaient pas rester inactifs, parce qu’ils voulaient augmenter leurs revenus ou parce qu’ils n’avaient pas d’autres propositions d’embauche. Environ un tiers d’entre eux estiment que l’emploi proposé correspondait à ce qu’ils cherchaient. Globalement, les bénéficiaires de contrats aidés sont satisfaits du métier exercé.

Auteur : Godefroy Picart

Partager cet article

Article précédent

Article suivant